Home / Pratique / Circulation automobile : attention aux ZTL, les Zones à Trafic Limité
Circulation automobile : attention aux ZTL, les Zones à Trafic Limité

Circulation automobile : attention aux ZTL, les Zones à Trafic Limité

Dans tous les centres-villes d’Italie ou presque, la circulation automobile est soumise à des règles très strictes dont la plus contraignante est l’interdiction pure et simple de pénétrer avec votre véhicule dans la plupart des centres historiques. Ce sont les ZTL, les Zones à Trafic Limité .

Une mesure mise en place depuis 2007, destinée à limiter le trafic dans les centres urbains et à réduire les niveaux de pollution, ce qui est une bonne chose en soi. Vous trouverez ces ZTL (Zona a traffico limitato) dans de nombreuses villes grandes ou moyennes, et tout particulièrement à Milan, à Bologne, à Florence, à Rome, à Pise, à Turin, à Vérone, à Palerme, à Lucca

Le respect de cette interdiction est assuré par des caméras de vidéo-surveillance stratégiquement placées dans les voies à trafic restreint. L’amende, élevée (souvent 100 à 140 €) peut même être multipliée par le nombre de fois que vous passerez devant une caméra. On peut ainsi se retrouver avec deux amendes, pour deux « infractions » relevées à deux ou trois minutes d’intervalle.

A quoi ressemblent les ZTL ?
Attention, gardez à l’esprit que les ZTL ne sont pas des zones piétonnes : d’autres véhicules, titulaires d’autorisations spéciales, (riverains, livreurs, taxis, véhicules municipaux, autobus, véhicules d’urgence) peuvent y circuler, ce qui est trompeur pour les automobilistes étrangers à la ville. Il faut donc être très attentifs aux panneaux (parfois peu visibles, soyez par conséquent doublement attentifs) indiquant les ZTL.

Les zones à trafic limité sont signalées par un signe d’interdiction (donc circulaire) blanc, bordé de rouge, apposé sur un panneau vertical, rectangulaire.

Ces panneaux peuvent aussi indiquer des horaires ou des jours d’interdiction : attention tout de même ces indications peuvent prêter à confusion pour qui n’y est pas habitué.

ZTL 2


Les amendes
Les amendes arrivent au domicile du contrevenant parfois plusieurs semaines ou plusieurs mois après son retour d’Italie. Et si vous avez loué une voiture l’amende vous sera prélevée directement sur la carte de crédit qui a servi au paiement du véhicule (et s’y ajoutera le plus souvent une somme prélevée par la société de location automobile, destinée à couvrir ses propres frais administratifs pour le traitement de votre dossier).

Une pratique sans aucun doute très contestable de la part des communes et très contestée par les usagers, Italiens ou touristes. Les sommes ainsi perçues par les municipalités peuvent être considérables : plus de 80 millions d’euros chaque année pour Milan, plus de 50 millions pour Florence en sont deux exemples.

Un impôt déguisé, prétendent certaines organisations d’usagers, une pratique purement et simplement « mafieuse » affirment les plus virulentes.

Payer ? Contester ?
Les amendes peuvent vous arriver directement à votre domicile. Il peut être tentant de ne pas payer, en espérant que la procédure soit classée sans suite en raison du manque d’unification du paiement des amendes au plan européen.

Souvent, c’est par l’intermédiaire des services de gendarmerie que l’amende vous est notifiée. Il vous sera alors demandé de venir en prendre possession à la gendarmerie afin de signer une copie du PV et d’en accuser ainsi réception.

L’amende peut bien entendu être contestée auprès du Juge de Paix de la ville où a été commise l’infraction. La réponse peut être très longue à venir et, en cas de réponse négative, l’amende peut même être majorée. Sans compter que la « contestation » est quasi-impossible à mettre en oeuvre pour un étranger au pays.

Pour certaines villes, les automobilistes verbalisés peuvent être contactés par une société de recouvrement (Nivi Credit) les incitant à un paiement immédiat en ligne.

Voilà quelle est la situation. Pas de panique cependant, un peu d’attention devrait vous mettre à l’abri des amendes. Les auteurs d’Italie-Découverte, qui circulent très régulièrement en Italie en voiture, ont toujours réussi à rester à l’écart des ZTL.

La meilleure solution reste sans conteste la prévention : prendre l’habitude de ne même pas s’approcher en voiture des centres historiques des villes italiennes, que les rues soient ou non classées en ZTL. Cela vous évitera de mettre les pieds (en l’occurence les roues) là où il ne faut pas. D’autant plus qu’il n’y a que très peu de chances d’ y trouver une place de stationnement. Se garer en proche périphérie des centres-villes et utiliser les transports en communs (ou encore mieux marcher) reste la solution idéale.

Scroll To Top