Home / Culture / Renaissance et Littérature Italienne
Renaissance et Littérature Italienne

Renaissance et Littérature Italienne

De la fin du Quattrocento (15e siècle) jusqu’à la moitié du Cinquecento (16e siècle), s’écoule l’âge d’or de la Renaissance italienne, dont les astres de première grandeur sont Machiavel et l’Arioste.

Nicolas Machiavel (1469-1527) fut un grand historiographe et homme d’état, en même temps qu’illustre et fécond écrivain. Il est l’auteur d’une oeuvre politique majeure, « Le Prince », mais aussi des »Histoires florentines » et au théâtre de « La Mandragore » une des plus importante comédies de son temps.

Ludovico Ariosto (1474-1533), dit en français L’Arioste,  représente la Renaissance comme Dante résume le moyen-âge. La principale de ses oeuvres est le « Roland furieux » (Orlando Furioso) au souffle puissant et d’un sentiment exquis.

Parmi ceux qui s’attachèrent à écrire en « vulgaire » ou en langue italienne, tandis que beaucoup utilisaient encore le latin, on peut citer Pietro Bembo (1470-1547) qui, secrétaire du pape Leon X, est l’auteur de splendides dialogues sur l’amour intitulés « Asolani« .

On doit aussi nommer Baldassare Castiglione (1478-1529), également homme d’état, auteur d’une oeuvre en prose d’un art achevé : « Le Courtisan » où se reflète l’âme du grand monde et des cours du temps.

 

Dans la poésie satirique et burlesque, rappelons le poème l’ « Orlando Innamorato » de Francesco Berni (1497-1535), imitation plus ou moins heureuse de celui de Boiardo.

L’époque connut de notables écrivains de théâtre: l’Homme d’état florentin Laurent de Medicis, le frère Dominicain Giordano Bruno, Francesco d’Ambra, Lasca et Cecchi. Quant à Guicciardini (1483-1540) il consacra son grand talent à l’histoire et rédigea une histoire de l’Italie, limitée à la période des luttes entre la France et l’Espagne.

L’époque eut aussi ses biographes de grande valeur :

  • Giorgio Vasari (1511-1574) fut architecte et peintre, est connu spécialement pour son oeuvre monumentale, intitulée « la Vie des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes ».
  • Benvenuto Cellini (1500-1571)  ciseleur sans égal, écrivit notamment son autobiographie.

 

Le nombre des conteurs est également très grand à cette époque, plus grand même que celui des autres écrivains. D’Anton Francesco Grazzini (dit Lasca, cité plus haut) à Matteo Bandello, le plus grand du Cinquecento, à Agnolo Firenzuola, à Luigi da Porto, à Ortensio Lando, à Pietro Fortini, il y a toute une suite d’oeuvres pleines de grâce, d’imagination et de variété.

 

Dans la seconde moitié du Cinquecento, la domination espagnole influe de manière particulière sur la littérature, cependant que prennent un  relief particulier deux genre jusqu’ici délaissés : «  La Comedia dell’arte » et le drame pastoral.

Torquato Tasso, dit Le Tasse (1544-1595) auteur d’ « Amyntas » – oeuvre qui connut un très grand succès – et surtout du très célèbre poème épique « La Jérusalem délivrée » (Gerusalemme Liberata) remplit l’époque. Mais à côté de lui il faut faire une place à G.B. Guarani (1537-1612) qui conçut à l’imitation du Tasse le « Pastor Fido« , oeuvre de grand mérite.

tasso

Scroll To Top