Home / Rome / Le Château Saint Ange
Le Château Saint Ange

Le Château Saint Ange

C’est le grand artiste-sculpteur Bernini (Le Bernin) qui remania le pont conduisant au quartier du Borgo, en ajoutant un parapet et en plaçant dix statues d’anges, à la demande de Clément IX (1667-1669).

Il aboutit au mausolée d’Hadrien, devenu Château Saint-Ange, après la peste de 590, et eut un rôle important aux différentes époques de l’histoire.

Au IIIe siècle le mausolée fut intégré au mur d’Aurélien et devint une place forte. Tombé aux mains des Goths au IVe siècle, il servit de citadelle, de prison, de château fort au Moyen Age, de refuge aux papes qui pouvaient emprunter le passage couvert (passetto) pour accéder directement au château.

En 1379, au retour d’Avignon, les papes exigèrent sa restitution. Nicolas V (1447-1455) fit procéder à son ré-aménagement pour être une résidence des pontifes.

le-chateau-saint-ange_5

Une construction en briques abrita, à la Renaissance, les luxueux appartements dont les pièces servent maintenant de salle d’exposition des sculptures, des peintures et de l’armurerie.

Les Salons
Le salon d’Apollon, décoré par Perin del Vaga(1501-1547), est accessible par le cortile (cour) del Angelo ainsi nommé en raison de la statue d’un ange, de Raffaello da Montelupo qui couronnait autrefois l’édifice.

Ce salon est peint à fresque par Vaga. L’intérêt vient de ce que ces fresques sont inspirées de l’illustre modèle découvert dans l’antique maison dorée de Néron.

Les dieux de l’Olympe se mêlent à de décilieux angelots, à des petites créatures étranges, des fleurs délicates, des fruits, des paysages ravissants, rappelant les « grottesches » antiques repris et répétés pendant toutes les époques de la Renaissance.

Cette magnifique pièce donne sur la Sala della Giustizia, dont les fresques murales montrent l’archange Michel portant le symbole de la Justice, par Domenico Zaga. La réalisation dura quatre ans (1545-1549).

On accède ensuite aux appartements du pape Clément VII qui dut se réfugier au château Saint-Ange, lors du pillage de Rome (1527).

La Salle Pauline
A l’étage supérieur, La salle Pauline st l’une des plus somptueuses. Elle porte le nom du pape Paul III(1534-1549). On la nomme aussi Sala del Consiglio(salle du Conseil). Elle fut transformée en salon d’apparat par Perin del Vaga et Pellegrino Tibaldi, entièrement peinte à fresque, décorée de « grotesques » comme dans l’Antiquité.

Le cycle pictural du plafond et des longs murs, est dû à Piero di Giovanni Bonaccorsi, dit Perino del Vaga. Il honore le pape Paul III dont les vertus sont louées par un parallèle entre la vie de Paul et la vie d’Alexandre le Grand, sages et justes.

Sur les petits côtés latéraux sont représentées les figures maîtresses du château,Hadrien et l’archange Michel.

L’inscription en lettres dorées que porte la corniche indique que, grâce à Paul III, cette forteresse vétuste, inaccessible et délabrée, a été reconstruite, restaurée et décorée de par la volonté papale.

Une autre inscription, au plafond, est en langue grecque. Elle précise que Paul III a fait du tombeau de l’empereur Hadrien un superbe édifice princier.

Scroll To Top