Home / Rome / Le Palais Barberini
Le Palais Barberini

Le Palais Barberini

palais_barberini_1Le Palais Barberini est très proche du Quirinal. Pour s’y rendre, il suffit de traverser la Via delle Quattro Fontane. Il a appartenu au duc de Milan, Alessandro Sforza, et il a été convoité par le pape Urbain VIII (1623-1644) qui l’a acquis en 1625 avec le petit vignoble (vigna) qui l’entourait.

Le pape, séduit par le courant baroque, fit entreprendre de grands travaux de restauration.

Carlo Maderno qui les avait dirigés mourut en 1628. C’est Le Bernin qui lui succéda jusqu’en 1633, en collaboration avec Borromini. Mais la conception particulière des plans est à mettre au compte de Maderno.

palais_barberini_3Dans le grand jardin qui l’entoure, et contrairement à l’architecture habituelle des palais, qui possèdent quatre ailes autour d’une cour intérieure centrale, l’architecte ajoute deux ailes latérales qui donnent à l’édifice la forme d’un H.

Vue du jardin, la façade est remarquable. Elle est novatrice, montrant sur trois niveaux une distribution d’arcades s’inspirant des étages du Colisée.

Les colonnes sont des trois ordres, dorique au rez-de-chaussée, ionien au premier étage, corinthien au deuxième étage, en pilastres.

Le portique est monumental.

palais_barberini_2L’Etat italien l’a acquis en 1949 pour y installer la Galerie Nationale d’Art Antique, qui se trouve dans l’aile gauche.

Des oeuvres majeures européennes du 13e au 18e siècle y sont rassemblées, de Lippi,  Cortone,  Raphaël,  Tintoret,  Titien,  Lotto.

L’escalier intérieur de ce remarquable exemple du style baroque a été érigé par Borromini.

palais_barberini_cortone

Dans l’aile droite latérale, il est dessiné en spirale, de forme ovale, comptant parmi les plus intéressantes particularités du palais. Les colonnes doubles qui entourent les marches créent d’agréables perspectives baignées de jeux de lumière.

Le grand salon qui servait à organiser les fêtes et les banquets possède un plafond peint à fresque par Pierre de Cortone, entre 1633 et 1639, pour glorifier la puissance du pape Urbain VIII Barberini.

La fresque représente, au centre, le triomphe de la Providence sur le Temps; les armes de la famille sont couronnées d’étoiles par l’Immortalité.

quirinale_barberini

 

Sur les bords, les vertus d’Urbain VIIIsagessepiété et sens politique, sont traitées en une mise en scène d’un grand dynamisme.

Une fois le palais achevé, Le Bernin a créé au carrefour, fort embouteillé de nos jours, la Piazza Barberini, ornée d’une fontaine où s’inscrivent les armoiries de la famille d’Urbain VIII.

Le sujet représente quatre dauphins dont les têtes sont au ras de l’eau du bassin, soutenant une grande coquille qui porte le dieu marin Triton, à la queue de poisson. Du coquillage qu’il tient à bout de bras s’élève le jet d’eau.

Scroll To Top