Home / Rome / Sainte Marie de la Minerve
Sainte Marie de la Minerve

Sainte Marie de la Minerve

Au sud, le quartier jouxte celui du Capitole. Il est traversé par la grande diagonale de la via del Corso, pour aboutir au palais Doria-Pamphili. A l’est, par la via del Tritone, il aborde le Quirinal.

Trois églises y connaissent la célébrité, proches les unes des autres, dont la plus ancienne est Sainte Marie de la Minerve. On la nomme « Santa Maria Sopra Minerva ».

Son architecte reste inconnu. Elevée à compter de 1280, par l’Ordre des Dominicains, son édification fut souvent interrompue et finalement achevée en 1453 par ses voûtes sur croisées d’ogives et une façade très simple et sobre dans le goût de la Renaissance.

Elle a toujours été très appréciée des Romains du fait de sa situation géographique centrale.

La place sur laquelle se trouve l’église est ornée d’un curieux monument représentant un éléphant de marbre portant un obélisque égyptien qui fut trouvé en 1665 dans le jardin du cloître.

Il provenait d’un sanctuaire de la déesse Isis.

Sainte Marie de la Minerve 9

Les moines souhaitèrent que l’obélisque puisse rester sur la place.

L’éléphant porte une lourde chabraque. Il a été dessiné par Le Bernin et exécuté en 1667 par Ercole Ferrata. Il est considéré comme incarnant les vertus de la doctrine chrétienne, comme l’indique l’inscription portée sur le socle.

Dans cette basilique à trois nefs, des chapelles latérales ont été ajoutées aux 16e et 17e siècles, ce qui a modifié l’organisation de l’espace et conduit, au 19e siècle à une importante restauration visant à lui redonner ses caractères gothiques.

Il faut s’intéresser aux chapelles funéraires et surtout à celle du cardinal Carafa, située contre le front du mur du croisillon droit.

Cette chapelle est l’oeuvre de Filippino Lippi, dont la fresque (1488-1493) compte, au titre de la Renaissance, parmi les plus célèbres.

Lippi y a représenté la Vierge en gloire avec Saint Thomas-d’Aquin, dominicain docteur de l’Eglise au Moyen-âge.

La paroi arrière est décorée d’une Assomption.

La paroi de droite porte des scènes de la vie du saint.

On y remarque une vue du palais de Latran avec la statue équestre de l’empereur Marc Aurèle.

La paroi de gauche est occupée par le tombeau du pape Paul VI (pontificat 1555-1559).

La chapelle est limitée par un arc que supportent des pilastres corinthiens cannelés et un large entablement.

ste_marie_minerve_7

Parmi les richesses de l’église de la Minerve, il faut citer également une fort belle oeuvre de Michel Ange, une statue du Christ Ressuscité, de plus de deux mètres, sculptée entre 1519 et 1521.

C’est une des oeuvres les plus admirées de cet illustre artiste. On la qualifie « d’atypique » parce qu’elle associe un thème religieux chrétien à l’image d’un héros athlétique.

Le Christ ne porte pas de stigmates. Il tient de ses deux mains la croix et les instruments de la passion, dans un geste qui exprime la volonté du martyre.

 

 

Le Pantheon - Sainte Marie de la Minerve - L’Eglise du Gesu  –  Saint Ignace de Loyola - Le Palais Montecitorio - Saint Louis des Français

Scroll To Top