Home / Rome / Sainte Praxede
Sainte Praxede

Sainte Praxede

Très proche de la basilique patriarcale Santa Maria Maggiore, vers le sud, rue Santa Prassede, une petite église, au 5e siècle, honorait Sainte-Praxede. Elle a été également transformée en basilique à trois nefs, lors du pontificat de Pascal 1er (817-824) et donnée aux Bénédictins en 1198.

Elle a conservé son caractère basilical malgré toutes les transformations qu’elle a connues au cours des siècles.

Des colonnes géminées, en granit, séparent la nef centrale des nefs latérales. Des piliers massifs séparent des portions d’architrave. Des arcs-boutants vont transversalement d’un pilier à l’autre (13e siècle).

sainte_praxede_2

L’église est richement décorée de mosaïques byzantines, comme les autres édifices religieux du 5e siècle. L’arc triomphal porte la mosaïque de la Jérusalem céleste.

Sur l’arc de l’abside, on découvre l’Agneau mystique, avec le livre aux sept sceaux, les sept lampes, les quatre archanges, les évangélistes, sur fond d’or.

De chaque côté, les Sages de l’Apocalypse présentent des Couronnes d’or à l’Agneau de Dieu.

Dans la coupole de l’abside, on peut voit l’audience céleste des soeurs Prudentienne et Praxède, vêtues comme des princesses de Byzance.

Ces mosaïques instruisaient les fidèles en transmettant la foi.

Dans l’abside, la mosaïque est du 9e siècle. Les deux soeurs recueillent l’apôtre Pierre dans leur maison. Pour leur rendre grâce, Pierre et Paul les accueillent au ciel et les présentent au Christ.

Le commanditaire, le pape Pascal 1er tient dans ses mains une miniature de l’église qu’il remet au Christ.

L’espace est délimité par les villes de Jérusalem et de Bethléem.

Le pape Pascal Ier a fait ajouter la chapelle Zénon. C’est une chapelle en croix grecque, aménagée dans la nef de droite, en l’honneur de Saint-Zenon, où se trouve également le tombeau de sa mère Théodora.

C’est l’une des rares constructions médiévales de Rome possédant une voûte complète.

sainte_praxede_5

Deux colonnes de porphyre sont à l’entrée, présentant un chapiteau carolingien et un entablement antique.

Les mosaïques sur fond d’or recouvrent les murs et la voûte : c’est un des chefs-d’oeuvre byzantins de Rome. Le thème concerne les reliques des martyrs de l’église.

Le buste du Christ est placé au sommet de la voûte, sur fond bleu, porté par quatre anges, dans une auréole de gloire.

L’arc en plein cintre, de droite, montre les apôtres JeanAndré et Jacob.

Scroll To Top