Home / Venise / Promenade à Murano
Promenade à Murano

Promenade à Murano

L’île de Murano est la plus grande des îles de la lagune ayant dépendu de la République de Venise, très proche, moins de deux kilomètres. Elle fut peuplée en même temps et partagea le même destin.

Elle fut même pratiquement indépendante pendant 500 ans, jusqu’à l’arrivée de Bonaparte qui mit fin à la République.

Murano est facilement abordable par vaporetto. On peut y aller directement de la station ferroviaire Santa Lucia.
Elle était autrefois couverte de vignes, de vergers et de jardins de plaisance où les aristocrates venaient flâner.

Elle est encore dotée d’un phare qui permet aux bateaux naviguant en Adriatique d’entrer dans la lagune par la passe de San Nicolo.

Les principaux lieux de promenade, pour les touristes, sont les deux grandes rues bordées de magasins de verrerie, la Fondamenta dei Vetrai et la Fondamenta Cavour.

caf2c

Le Musée du Verre (Museo del ‘Arte Vetraria) montre la plus grande collection au monde de verreries de Venise.

L’île possède un Grand Canal aux noms divers : Canale degli Angeli, Canale Ponte Lungo, Canale San Donato, Canale San Giovanni, où se mirent de délicieux petits palais (palazzini) du 14e siècle qui servaient de résidences d’été.

L’église Santa Maria
Il faut impérativement visiter, sur son campo et au bord de son canal, le plus bel édifice religieux de l’île et l’un des plus anciens de la lagune, l’église Santa Maria, dont la fondation remonte au temps du refuge des sauniers au 7e siècle. Le sanctuaire dédié à la Vierge porta également, à partir de 1125, le nom de Saint Donat dont les reliques avaient été ramenées de Céphalonie.

santa_maria_e_donato

Malgré la restauration du 19e siècle, l’église est un superbe exemple du style Vénéto-byzantin.

La nef est en trois parties, les colonnes de marbre suivent le plan basilical. Le plafond est en carène de navire (15e siècle). La voûte coiffant l’abside porte la mosaïque de la Vierge Orante (13e siècle).

Le pavement de mosaïque est de 1140. Il montre de beaux motifs animaliers de vives couleurs. La géométrie en pierres dures est de 1149. Elle est l’égale, en beauté, du pavement de Saint Marc.

Elle a été restaurée dans les années soixante-dix par le Comité américain.

Sur les façades nues extérieures s’inscrit une abside exceptionnelle où le génie roman a épousé la virtuosité du style byzantin. Il faut l’admirer du Pont San Donato. Deux rangs d’arcades, l’un, aveugle au rez-de-chaussée, celui du premier étage, aux élégantes colonnettes de pierre blanche d’Istrie donnant sur une loggia. C’est un des plus beaux témoignages de ce style ravissant.

Saint Pierre Martyr
L’église paroissiale de l’île est Saint Pierre Martyr (San Pietro Martire) fondée en 1348. Ce fut d’abord un couvent de Dominicains. Ravagée par un incendie, elle fut reconstruite en 1511. L’Empereur Napoléon, roi d’Italie, la fit fermer en 1808 et s’empara de tous ses trésors.

Réouverte en 1813, elle donne l’impression d’un vide total de décoration artistique.

Il reste cependant de magnifiques lustres de cristal et dans la sacristie, des décorations murales relatives à la vie de Saint Jean-Baptiste, par Morendo.

Dans la nef latérale de droite, une oeuvre de Tintoret représente le Baptême du Christ. L’église conserve aussi la Pala Barbarigo, retable de Bellini (1488) où est représenté le Doge Barbarigo agenouillé devant la Vierge et l’Enfant, conduit par Saint Marc, sous le regard de Saint Augustin.

 

Suite : Les verriers de Murano

Scroll To Top