Home / Venise / Sant’Angelo Raffaele et San Sebastiano
Sant’Angelo Raffaele et San Sebastiano

Sant’Angelo Raffaele et San Sebastiano

Au sud-ouest du quartier du Dorsoduro, le rio San Nicolo, prend le nom de rio de Sant’Angelo Raffaele. Se mirent dans ses eaux, aux deux extrémités d’une même place, deux églises : Sant’Angelo Raffaele et San Sebastiano.

 

Sant’Angelo Raffaele
Sant’Angelo Raffaele est la plus imposante, fondée au 7e siècle, remaniée plusieurs fois, reconstruite par Contino, 1618-1639.

Le campanile date de la première église.

La façade, très pure date de 1735.

Les peintures rassemblent cinq scènes de la vie de Tobie (ou Tobias) lors de la déportation des juifs à Ninive, peintes au 18e par Francesco Guardi. Les couleurs, la luminosité, la fluidité de l’oeuvre ont fait l’objet de la profonde admiration de Turner.

C’est l’un des ensembles les plus remarquables du 18e siècle vénitien.


San Sebastiano

Tout à côté l’église du 14e siècle, San Sebastiano, bâtie pour les Hiéronymites, ordre de Saint Jérôme, remaniée dès le 15e siècle, puis au 16e siècle par Lo Scarpagnino, architecte qui modifia l’orientation de la façade sur le rio et lui donna un caractère classique, à colonnes corinthiennes, fronton surmonté de trois statues, à la fois modeste et élégante.

sebastianohg6

L’intérieur est d’une grande simplicité. Détail surprenant : la tribune fait le tour complet de la nef principale.

Si l’on ne visite qu’une des églises de ce quartier, il faut choisir San Sebastiano entièrement décorée par le jeune Véronèse qui en a fait une galerie de peinture aussi intéressante que celle d’une riche scuola.

Les oeuvres couvrent presque toute la carrière de ce peintre qui y travailla pendant quinze ans.

Véronèse est d’ailleurs inhumé dans l’église San Sebastiano, son tombeau est en haut du bas-côté gauche.

Il est prudent de se munir d’un miroir pour admirer les fresques du plafond. Les chefs d’oeuvre sont saisissants dans les effets de la perspective, hardis et exubérants : Esther, jeune juive, devant Assuerus; le couronnement d’Esther et le triomphe de son oncle Mardochée.

A l’autel de droite, la Vierge, Sainte Chatherine et un moine. Au centre, la Vierge avec Saint Sebastien et autres saints et surtout le martyr de Saint Marc et Saint Marcellin à gauche du choeur.

Tout est ornement raffiné destiné à intéresser d’éventuels commanditaires vénitiens.

Le Saint patron de l’église est illustré dans le panneau à fresque de 4,80 mètres de long, bien visible depuis la galerie des moines.

Scroll To Top