Home / Actualité / Google Street View arrive à Venise

Google Street View arrive à Venise

Chose promise, chose due. Et Google Street View tient ses promesses.  En ce mois de novembre 2013 le rideau se lève sur la visite virtuelle d’une des plus belles cités du monde. Les rues, places, ponts et canaux de Venise sont désormais accessibles d’un clic de souris.

Une belle façon de rêver, avant de partir à la conquête de la Sérénissime, ou en rentrant de voyage, pour retrouver avec émotion ses propres parcours et ses endroits préférés.

Pour magique que soit l’outil, Google Street View n’est pas une nouveauté et chacun s’est déjà amusé à parcourir les rues de sa propre ville et à y observer les images de son environnement quotidien, ou celle de Londres ou de New York à la recherche d’un peu d’évasion.

Lancé en 2007, ce service très populaire de la firme de Mountain View permet de vagabonder sans sortir de chez soi dans les rues des villes et villages, sur les routes de campagne ou sur les highways,  les autostrade ou les autoroutes d’une bonne partie de la planète, la couverture comprenant actuellement l’Amérique du Nord (Canada, Etats-Unis, Mexique), quatre cinquièmes de l’Europe, l’Afrique du Sud et l’Australie.

gondolier

Street View à Venise
La nouveauté n’est donc pas dans l’outil mais dans le sujet, car Venise était jusqu’à présent restée à l’abri des caméras du géant du Web : la célèbre Google Car, la voiture équipée de l’ensemble des caméras permettant d’obtenir une image sphérique, pas plus que le Google-tricycle, alternative à la voiture dans les configurations difficiles, ne pouvaient être mis en oeuvre dans les rues étroites, sur les canaux ou par-dessus les nombreux ponts de la Cité des Doges.

Il en aurait fallu plus pour décourager le « PegMan » (ce petit personnage orange présent sur les cartes Google) d’approfondir sa visite de Venise. Début 2013 déjà, les caméramans de Google étaient sortis des sentiers battus et des routes carrossables pour nous faire découvrir les chemins de randonnées qui serpentent, dans l’Arizona, jusqu’aux rives du boueux Colorado rugissant au fond du Grand Canyon. Du Grand Canyon jusqu’ à Venise, il n’y avait finalement qu’un pas.

Un pas franchi avec la même technologie, celle qui a fait l’affaire dans les Great outdoors américains. La technologie est celle dite du « Trekker » : la caméra (15 objectifs d’une résolution de 5 mégapixels chacun) qui équipait les véhicules, est désormais fixée, comme le serait un sac à dos, sur les épaules d’un « Randonneur ».  L’heureux promeneur parcourt ainsi, au pas tranquille du montagnard, ses quinze kilos d’équipement sur le dos, les plus beaux paysages d’un monde inaccessibles aux engins motorisés. Et là où en guise de rues se trouvent des canaux, installez tout simplement le « trekker » dans une gondole et le tour est joué. Au total pour les marcheurs, non moins de 426 kilomètres de rues et quelque 180 kilomètres de canaux, tant à Venise (Giudecca comprise), qu’à Murano, Burano et Torcello, parcourus en quelques mois au printemps 2013

Et pour ceux qui rêvent de jouer au « Trekker » l’espace de quelques jours ou de quelques mois, le Google Street View Trekker Projects recrute :  si vous représentez un office de tourisme, une association à but non lucratif, une université ou tout entre entité, vous pouvez proposer vos services pour cartographier des lieux auxquels vous auriez accès. En extérieur, et même à l’intérieur des bâtiments. Naturellement, il faut se sentir capable de marcher avec un équipement de 15 kilos dans le dos et… accepter d’être bénévole.

Laisser un commentaire

Scroll To Top