Home / Venise / La Place Saint-Marc
La Place Saint-Marc

La Place Saint-Marc

L’artiste-architecte Mauro Codussi fut chargé d’entreprendre, en 1496, l’organisation monumentale de la place.

Tous les pouvoirs de la République Sérénissime devaient être concentrés en un lieu proche du Palais ducal, pour une gestion facilitée des intérêts de l’Etat : pouvoir politique, religieux, social, judiciaire, économique et financier.

C’est en ce centre de la vie publique, que se déroulent désormais les processions, les jeux, les feux d’artifice, et autres fêtes grandioses.

A Venise, peut-être, plus que partout ailleurs, il est essentiel de connaître l’histoire de la cité, faites cet effort passionnant, à défaut, vous la parcourrez en aveugle.
Pour la comprendre, pour l’écouter, pour totalement l’admirer, il faut bien se persuader que pendant plusieurs siècles les vénitiens et leurs dirigeants ont mis toute leur volonté, leur ténacité, leur savoir-faire à la doter d’institutions efficaces, et à l’orner d’innombrables ouvrages d’art magnifiques, destinés à lui donner la puissance et les richesses d’un grand Etat.

Leurs artistes ont su réaliser, avec la Piazza, un écrin, un cadre fastueux, une vaste scène où se sont déployées les grandioses manifestations qui prouvaient sa gloire : processions religieuses, cérémonies, célébrations ou visites d’hôtes de marque.

Dans cette optique, elle ne cessa au fil du temps, d’être embellie et aménagée.
Les cérémonies n‘y ont plus lieu de nos jours, mais la Piazza continue de fasciner.
Les foules bigarrées de visiteurs qui s’y pressent en sont la preuve constante.
Essayez de vous rendre de bonne heure ou à la tombée du jour au cœur de ce quadrilatère magique.

Allez-y la nuit qui l’embellit par la qualité des éclairages d’une manière douce qui n’appartient qu’à elle. Les pigeons sont particulièrement attachés à cette place comme une décoration mouvante et officielle. Ils se servent rarement de leurs ailes et préfèrent marcher au milieu des touristes. On a peine à croire, tant cette place est harmonieuse que sa forme définitive est d’abord due au comblement du rio Battario qui la coupait en deux, à l’origine.
Son pavement de briques rouges, en chevrons, par tradition byzantine, qui datait de 1264, a été remplacé par Tirali qui lui substitua une pierre de trachyte gris orné de bandeaux de marbre blanc de carrare, composant un élégant dessin.

La solennité et la rigueur géométrique y ont gagné, ce qui n’a jamais empêché la Piazza d’être ce lieu des fêtes populaires, cirques de chevaux, marionnettes, pantomime, avec astrologues, charlatans, conteurs et comédiens, ainsi que jongleurs.

Scroll To Top