Home / Rome / Vatican – La Garde Suisse
Vatican – La Garde Suisse

Vatican – La Garde Suisse

La garde a été créée le 21 janvier 1506, par le pape Jules II (1503-1513). Auparavant, les pontifes employaient des mercenaires recrutés dans les cantons suisses de langue germanophone.

vatican_garde_suisseCes agents très chèrement rétribués passaient pour être les meilleurs. De grande taille, d’esprit combatif, ils étaient fidèles au souverain qu’ils servaient.

Ils avaient la réputation de grands mangeurs et avaient l’autorisation de se réserver de grandes rations de viande salée et fumée.

Ils refusaient d’être rémunérés en pièces de cuivre et n’acceptaient que les espèces en argent.

Le recrutement, de nos jours comme du passé, répond à des critères stricts. La taille minimum exigée est de 1m75, l’âge ne doit pas dépasser trente ans.

L’effectif est de cent hommes : 70 hallebardiers, 23 sous-officiers, 4 officiers, 2 tambours, 1 colonel.

Les hallebardes mesurent deux mètres de long et pèsent 6 kilogrammes.

La devise inscrite sur la bannière du corps est « forts et fidèles« . Ce sont les gardiens de la paix du Vatican.

Le 6 mai de chaque année, ils défilent dans le Corto di san Damaso, pour commémorer le sac de Rome par les troupes de l’empereur Charles Quint, en 1527, au cours duquel 147 gardes payèrent de leur vie la protection du pape Clément VII. Le pontife put se réfugier à la forteresse Saint-Ange. Devant leur caserne, un monument rappelle leur sacrifice.

vatican_garde_suisse

 

Par la même occasion, ils renouvellent chaque année à la même date le serment de fidélité.

Leur uniforme, aux couleurs éclatantes, qui n’a pas été dessiné par Michel-Ange, quoi qu’on en dise, en fait le sujet favori des touristes-photographes.

Leurs fonctions principales sont la protection du souverain Pontife et la surveillance des trois entrées du Vatican.

Lors de l’exil des papes, en 1871, dans les murs de la cité léonine, et jusqu’aux accords du Latran créant l’Etat pontificat souverain en 1929, la garde suisse fut chargée de la surveillance de ses frontières.

Lors de l’année sainte, tous les 25 ans, elle assume la surveillance de la porte sainte de la basilique Saint-Pierre qui ne s’ouvre qu’à cette occasion.

Scroll To Top