Home / Italie / A Pise, il n’y a pas que la Tour… (1)
A Pise, il n’y a pas que la Tour… (1)

A Pise, il n’y a pas que la Tour… (1)

Pise ne se limite pas à sa célèbre tour penchée et à son « Campo dei Miracoli » vers lesquels se précipitent les foules de touristes pressés avant de filer sur Florence ou sur Sienne. Il serait bien dommage d’en faire autant et de se priver d’une visite du centre historique de la ville dans laquelle naquit en 1564 l’astronome et mathématicien italien Galilée (en italien Galileo Galilei).

Le centre historique de Pise se trouve en quasi-totalité sur la rive droite (rive nord) de l’Arno. Avant de vous enfoncer dans son dédale de ruelles et de places, ne manquez pas de faire quelques pas sur les rives du fleuve, le long du Lungarno.

Le Lungarno
Les Lungarni (pluriel de Lungarno) sont les larges quais qui bordent la rive nord et la rive sud du fleuve. L’ Arno, ici tout près de son embouchure, traverse aussi, quelque 70 km à vol d’oiseau plus en amont, Florence, la ville la plus célèbre de Toscane, dont elle est aussi le « capoluogo » .
Le Lungarno Antonio Pacinotti (sur la rive nord) est le plus agréable à parcourir : joliment recourbé le long d’une boucle du fleuve, il est bordé de palais dont les teintes d’ocre, de jaune et d’orangé resplendissent au soleil de la fin d’après-midi.

Le palais Agostini Venerosi della Seta

Le palais Agostini Venerosi della Seta

Palais Agostini Venerosi della Seta
Sur les Lungarni, on admirera tout particulièrement le palais Agostini Venerosi della Seta, au beau milieu (on ne peut pas le manquer) du Lungarno Pacinotti. Ce palais, construit entre la fin du 14e et le début du 15e siècle englobe quelques structures médiévales. Avec sa  façade en «terracotta » (littéralement « terre cuite » ), ses fenêtres à colonnes en deux ou trois parties et sa loggia, il constitue l’un des plus beaux exemples de l’architecture gothique civile en Toscane.
Au rez-de-chaussée du palais ,le Café de l’Ussero (Caffè dell’Ussero), fondé en 1775, fut au 19e siècle un rendez-vous pour les « savants » et hommes de culture. A l’arrière du bâtiment fut installé en 1905 le « Cinéma Lumière » , aujourd’hui plus vieille salle de cinéma encore en activité en Italie.

 

Santa Maria della Spina

Santa Maria della Spina

Eglise Santa Maria della Spina
Sur la rive sud (rive gauche), de l’autre côté du fleuve on aperçoit, illuminée par le soleil de l’après-midi, la petite église Santa Maria della Spina. On peut la rejoindre en quelques pas en traversant le pont Solferino. De taille très réduite et d’une architecture gothique extrêmement sophistiquée, avec sa façade en marbre aux bandes polychromes, ses colonnes, ses rosaces, ses statues et son double porche, elle ne manque pas d’intriguer les visiteurs. Construit en 1332, l’édifice fut bien plus tard, en 1871, démonté et reconstruit sur cet emplacement en bordure du fleuve.

 

Retour sur la rive nord. Enfoncez-vous dans le dédale des ruelles en entrant dans le centre historique par la place Garibaldi (face au pont Di Mezzo), ornée en son centre d’une statue de Giuseppe Garibaldi, l’artisan de l’Unité Italienne.

Piazza Garibaldi

Piazza Garibaldi

De cette place part le « Borgo Stretto », principale rue de la Pise médiévale, bordée de part et d’autre de belles arcades pour se protéger de la pluie en hiver et du soleil en été.

Mais avant de la parcourir, faufilez-vous le plus possible vers la gauche de la place Garibaldi :  les ruelles vous conduiront à une autre place, dite delle Vettovaglie, construite sous les Médicis, quadrilatère de taille assez réduite, joliment bordé d’arcades sur ses quatre côtés. Un petit marché de fruits et de légumes, d’une douzaine de stands, s’y tient chaque jour de 8h à 17h.

Lire la suite : A Pise, il n’y a pas que la Tour… (2)
Lire aussi : La Tour de Pise et le Campo dei Miracoli

 

Se garer à Pise
Comme dans tous les centres-villes d’Italie mieux vaut ne pas s’y aventurer en voiture. Non seulement pour ne pas se retrouver malgré soi dans une zone à trafic limité (ZTL) mais aussi parce que se garer n’est jamais facile. N’oubliez pas qu’en Italie les places matérialisées en blanc sont disponibles pour tous et gratuitement, les lignes bleues indiquent des places payantes (a pagamento) et les lignes jaunes indiquent des places réservées aux résidents. Ce sont en quasi-totalité des places réservées aux résidents que vous trouverez au cœur des villes. Mon conseil pour Pise : à peu de distance à pied du centre historique et de la Tour de Pise, vous trouverez des places matérialisées en bleu aux alentours de l’Arsenal Mediceo, sur la rive nord de l’Arno, au niveau du pont de la Citadelle (Ponte della Cittadella). Tout ce secteur est pourvu de places payantes à bon tarif : sur la longue Via Nicolo Pisano les parcmètres facturent 0,60€/heure. Tarif qui passe à 0,90 € un peu plus au nord (Via Volturno) et à 1,20 € le long de l’Arno, face à l’arsenal. Il s’agit du Lungarno Ranieri Simonelli, une voie large, plus propice au stationnement des camping-cars.
Scroll To Top