Home / Rome / Saint Pierre – l’Intérieur (1)
Saint Pierre – l’Intérieur (1)

Saint Pierre – l’Intérieur (1)

Le vaisseau de la basilique Saint-Pierre, aux dimensions imposantes réunit toute l’harmonie et l’équilibre de ses proportions, de ses ornements et de sa décoration, dans une pompe resplendissante, une magnificence absolue, un triomphe indiscuté.

vatican_basilique_nefMaderno, et Michel-Ange à qui il avait succédé, ont suivi le même projet d’un édifice démesuré couronné d’une prestigieuse coupoleHuit-mille personnes peuvent y prier ensemble. On confesse en toutes les langues.

Le Bernin a réalisé la majeure partie de la décoration qui est d’un baroque écrasant.

La vaste nef principale est séparée des nefs latérales bien plus étroites par quatre larges arcades dont les piliers colossaux sont dissimulés par des pilastres corinthiens. Les transepts contiendraient chacun une église.

A l’entrée, un grand disque de porphyre désigne l’endroit où Charlemagne a été couronné, ainsi que ses successeurs.

Le dallage où tout se reflète est splendide.
Des rubans de bronze incrustés dans le pavement renseignent sur les dimensions des nefs des grandes cathédrales du monde.

vatican_basilique_coupoleIl faut lever les yeux vers la coupole (cupola) chef-d’oeuvre de Michel-Ange, éclairée de 16 fenêtres, prolongées de compartiments se rejoignant au sommet.

Cette coupole immense est soutenue par quatre gigantesques piliers pentagonaux de 24 mètres de diamètre. Elle peut être visitée, ainsi que la terrasse qui permet d’admirer le célèbre panorama de la ville.

Il faut observer les mosaïques qui sont incrustées dans les quatre médaillons des pendentifs représentant les quatre évangélistes. Leur diamètre est de huit mètres.

L’inscription latine dans le ruban circulaire, à la base de la coupole, rappelle la parole divine « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise« . Dans la lanterne apparaît Dieu le Père, avec les anges, le ChristMarie, les Apôtres et les papes.

A la demande du pape Urbain VIILe Bernin décora les quatre piliers porteurs de hautes statues de cinq mètres, représentant les saints dont la basilique possède les reliques : Saint AndréSainte Hélène mère de l’empereur Constantin, Sainte Véronique et Saint Longin, liés à la Passion du Christ.

Les niches qui les abritent datent du 17e siècle. Sainte Véronique et son voile est de Francesco Mocchi, Sainte Hélène rapportant des fragments de la vraie croix est d’Andrea Bolgi, l’apôtre André est de François Duquesnoy, et Saint Longin, le soldat romain qui perça de sa lance le torse de Jésus, est du Bernin.

Les reliques des quatre saints sont exposées lors des fêtes religieuses.

La confession (confessio) qui est la crypte du Martyre, en contrebas, conduit à la tombe de Saint Pierre, par un double escalier. La balustrade est éclairée en permanence de 95 lampes.

Cent quarante sept papes sont enterrés dans divers lieux de la basilique. Les tombeaux sont remarquables. Le Bernin a réalisé celui du pape Alexandre VII (1678) dans un marbre polychrome d’un grain d’une finesse exceptionnelle.

La reine Christine de Suède y a aussi son monument. Elle avait abdiqué pour vivre à Rome, s’étant convertie au catholicisme.

vatican_basilique_pietaDans la première chapelle du bas, côté droit, à l’abri d’un panneau de sécurité, l’émouvante Pieta, première oeuvre du jeune Michel-Ange, immobilise la masse des visiteurs bouleversés par tant de beauté. C’est sa seule oeuvre qui soit signée.

Dans l’abside, la Gloria représente les cieux, en stuc doré, dans un baroque aux forts accents typiques. L’oeuvre compose la partie supérieure de la chaire de Saint-Pierre, la cathedra Petri, contenant un siège épiscopal du 4e siècle.

C’est à la demande du pape Alexandre VII que le Bernin exécuta, entre 1656 et 1666, cette grande construction de bronze de vingt mètres de hauteur, abritant le siège, qui est la relique la plus vénérée des chrétiens. Il s’agit en réalité d’un trône en bois qui servit pour le couronnement de Charles le Chauve, roi de France (843-877) fils de Louis le Pieux lui-même fils de Charlemagne.

L’oeuvre du Bernin revêt l’aspect d’un trône de bronze soutenu par quatre pères de l’Eglise. Il est couronné de putti (chérubins) et d’une gloire aux rayons qui entourent l’ouverture ovale d’albâtre, au centre de laquelle se voit la colombe, symbole du Saint Esprit. C’est le trait d’union entre le ciel et la terre.

 

Suite : Saint Pierre – l’Intérieur (2)

Basilique Saint Pierre : La Façade - Le Dôme

Scroll To Top