Home / Italie / Gragnano – La Vallée des Moulins
Gragnano – La Vallée des Moulins
La Vallée des Moulins de Gragnano

Gragnano – La Vallée des Moulins

La route pavée quitte le cœur de Gragnano et se faufile, en direction de l’Antico Borgo Castello, le long de cette vallée des monts Lattari. Une vallée qui retentit autrefois du bruit d’une trentaine de moulins lesquels, grâce aux eaux vives du torrent Vernotico, alimentèrent pendant des siècles en farine Naples et la Campanie.

On y accède directement du centre de Gragnano, par une petite route pavée de pierre volcanique, qui descend derrière l’Eglise du Corpus Domini et remonte en pente douce le long du torrent.

Abandonnés depuis moins longtemps qu’il n’y paraît, les moulins d’autrefois ne sont plus aujourd’hui que quelques épais murs de pierre entremêlées à la dense végétation. Une longue promenade de ruine en ruine, entre les bois de châtaigniers, de chênes et de noyers, le dense tapis de fougères de toutes sortes et les lierres envahissant les antiques constructions. L’amateur d’archéologie industrielle devra ici imaginer plutôt que réellement voir.

Cette « zone industrielle » d’autrefois prit naissance à partir de 1226 avec la construction des premiers moulins sur le sentier muletier longeant le torrent et reliant, de Castellammare di Stabia à Amalfi, le nord et le sud de la péninsule Amalfitaine, dans une vallée débouchant sur le village de Gragnano.

valle_dei_mulini_3
La proximité de la côte et du port de Castellammare assurait aux moulins une fourniture en blé aisée et constante. Le blé, transformé en farine, reprenait la direction de la côte pour être livré à Naples où il alimentait les fours à pain. Gragnano et sa Vallée des Moulins furent longtemps une des premières ressources pour nourrir la grande cité parthénopéenne et ses environs : mettre la main sur Gragnano, point stratégique pour l’alimentation des populations, était une bonne façon pour l’envahisseur potentiel (souvent Français) d’affamer Naples en la privant de pain.

Au 18e siècle, au plus fort de l’activité, la trentaine de moulins appartenant à des familles différentes produisaient plus de cent tonnes de farine par an.

valle_dei_mulini_5
Mais au terme de six siècles d’activité frénétique, un déclin rapide se fit sentir. D’abord parce que, dans le Nord de l’Italie, le monde industriel naissant développa d’autres moyens de produire de la farine et inventa les moulins à vapeur. Mais aussi parce que les fabriques de pâtes, implantées de longue date à Gragnano, se mirent à employer de la farine de blé dur, et non celle de blé tendre, désormais réservée au pain, produite dans la vallée.

Aujourd’hui, dans l’abondante végétation de la Vallée des Moulins de Gragnano, le promeneur longe ces antiques structures de pierre envahies par le lierre et les herbes hautes, et dans lesquelles on reconnaît difficilement les vestiges d’une industrie autrefois florissante. Une impression de « bout-du-monde » pour les amateurs d’endroits abandonnés, et une belle balade pour sportifs et les randonneurs.

valle_dei_mulini_6

Scroll To Top