Home / Rome / La Porta del Popolo
La Porta del Popolo

La Porta del Popolo

En regagnant le nord du quartier par la voie Gabriele d’Annunzio, on longe agréablement le parc du Pincio, aménagé il y a 200 ans sur les jardins de familles romaines et principalement de la famille Pinci dont le nom a été attribué à la colline.

La promenade est délicieuse dans les sereines allées ombragées de pins parasols, d’où l’on peut apercevoir, notamment de la terrasse, le magnifique panorama de la ville.

L’église Santa Maria del Popolo et la Porta del Popolo sont proches l’une de l’autre.

Il y a deux mille ans que les Romains empruntent la porte dénommée Flaminia qui n’eut cette appellation « Del Popolo » qu’après l’édification de l’église du même nom.

On mit à profit la construction de l’église pour redonner à la porte une nouvelle façade extérieure, due à Nanni di Baccio Bigio, au 16e siècle.

popolo_2

 

Elle semble être un arc de Triomphe, décorée, côté intérieur, de colonnes antiques et de statues des saints Pierre et Paul. Elle fut remaniée à la demande du pape Alexandre VII, par Le Bernin à l’occasion d’un pèlerinage de la reine Christine de Suède convertie au catholicisme, qui vint plusieurs fois à Rome et y mourut en 1689.

Sur l’attique sont visibles les armes du pape.

Les tours initiales ont disparu en 1879 du fait du percement du mur procurant deux entrées latérales.

Santa Maria del Popolo
Se trouve attenante à l’ouvrage l’église Santa Maria del Popolo, très ancienne (1297) édifiée à l’emplacement du tombeau des cendres de Néron.

Elle avait été précédée au 11e siècle d’une chapelle, Notre Dame.

popolo_12

Le pape Sixte IV fit réaménager Santa Maria del Polopo dans un style Renaissance (1472-1505). Bramante y ajouta le choeur. Bernini y apporta des modifications dans le goût du Baroque.

Elle a la forme d’une basilique à trois nefs, sur un plan en croix, avec chapelles latérales richement décorées par les puissances familles romaines.

Sa façade très simple en travertin, en trois parties horizontales, est tout à fait typique de la première Renaissance.

Une coupole octogonale que l’on cite comme étant la plus ancienne de l’époque Renaissance domine la croisée du transept.

La troisième chapelle sur le bas-côté gauche a été transformée en chapelle funéraire par Raphaël (1511-1513) pour la riche famille Chigi, dont le palais se trouve sur la place Colonna.

L’espace central impressionnant semble soutenu par quatre piliers et une coupole à caissons. Le peintre a dessiné également la mosaïque de la lanterne, représentant Dieu créant le firmament, entouré du soleil et des planètes.

De chaque côté de cette chapelle, les deux tombeaux et les statues de marbre des niches sont aussi de Raphaël.

Les fresques entre les fenêtres sont de Francesco Salviati. Ni le commanditaire ni le grand artiste ne virent l’achèvement de l’oeuvre. Elle a été terminée sous le pontificat d’Alexandre VII Chigi par Bernini (1655-1657) La chapelle della Rovere, à droite, contient une fresque de Pinturicchio. La chapelle de gauche Cerasi possède la conversion de saint Paul et la crucifixion de saint Pierre par Le Caravage.

Scroll To Top