Home / Culture / Titien, force et poésie
Titien, force et poésie

Titien, force et poésie

Tiziano Vecellio que l’on nomme, en français Titien, né à Pieve di Cadore et mort à Venise, fut d’abord apprenti chez le mosaïste Zuccato, puis vers 1507, élève-peintre chez Gentile Bellini et collaborateur de Giorgione qui eut une grande influence sur ses premières oeuvres.

titien_homme_bleu

Il devint célèbre rapidement et régna sur la peinture vénitienne. Après la mort de Giovanni Bellini, il est le peintre officiel de la Sérénissime. Il exécute des toiles et des fresques pour le Palais des Doges.

En 1516, âge de 26 ans environ, il ouvre un atelier de peinture et reçoit aussitôt la commande pour l’Eglise des Frari, d’une Assomption de la Vierge, au maître-autel, qu’il réalise en deux ans. Cette oeuvre majeure eut une grande influence sur les peintres vénitiens et sur Tintoret en particulier.

C’est un tableau sur bois, de 6,90 mètres sur 3,60, un magnifique ornement, aux couleurs flamboyantes, dans un effet chromatique très lumineux.

Il a été dit qu’avec cette oeuvre, Venise avait trouvé son Raphaël et son Michel-Ange.

Pour l’Eglise des Frari, il peindra aussi le Retable de la famille du noble marchand Pesaro.

Titien s’affirme très tôt dans d’autres oeuvres capitales pour son évolution artistique, comme par exemple le Portrait du Doge Andrea Gritti qui est à la National Gallery of Art de Washington.

Il ne désire pas s’installer à Rome malgré la proposition du Pape Léon X car il préfère Venise.

Il peint pour les commandes du duc d’Este et du duc de Mantoue. Il devient le peintre officiel de l’Empereur Charles Quint qui lui confère le titre de Comte Palatin. Il réalise des tableaux de nombreuses Vierges dont il renouvelle la composition pour les générations suivantes d’artistes.

La Vénus d’Urbino, que détient le Musée des Offices à Florence est traitée avec un classicisme romantique qui sera une étape importante dans l’évolution du maître.

L’étendue exceptionnelle, la force, la poésie de ses réalisations sont telles qu’elles influencent par leur rayonnement tous les courants artistiques qui vont suivre : classique, baroque, romantique, réaliste.

titien_cain_abelC’est le peintre des nouvelles idées picturales. Il a reçu le message des conceptions coloristes de Giorgione avec qui il a travaillé en contact étroit.

Avant quarante ans il est au sommet de sa création féconde.

A partir de 1523 il réalise pour le Duc de Mantoue, Frédéric II, plusieurs tableaux dont la Madone au Lapin (qui est au Louvre à Paris), ainsi qu’une Pieta qui est à Venise. Le vatican lui commande uneVierge et six Saints.

Il emploie un nouveau langage pictural et s’éloigne du clair-obscur traditionnel de l’école Bellini. Il s’oriente vers une manière plus autonome de la couleur.

Cette période de libération est très féconde. Les commandes arrivent de toute l’Europe. Les portraits atteignent une plénitude, une idéalisation poétique : Dyonisos (musée du Prado à Madrid), Bacchus et Ariane (à Londres) , L’homme au gant de velours (Louvre).

Tous les grands de ce monde veulent leur portrait qu’on peut voir maintenant à Vienne, à Londres, à Florence, et à Paris en ce qui concerne le roi François 1er.

Satisfait de tous ses succès, il consacre les années suivantes à ses trois principaux commanditaires, l’empereur Charles Quint, le duc de Mantoue et le duc d’Urbino. Ses couleurs ambrées, ses harmonies dorées règnent sur des splendides figures féminines, sur la Bella, sur Flora, ou sur la Vénus d’Urbino (qui sont à Florence). En 1537 le duc de Mantoue commande les portraits des douze Césars.

titien_marsyasVers 1540, arrivent à Venise, les nouvelles données du maniérisme des ateliers de Rome et de Toscane.

Ce tournant incite Titien à rechercher des compositions plus élaborées. Sa créativité apparaît dans le Saint Jean Baptiste (Académie de Venise) les Trois Episodes Bibliques (église de la Salute), le Couronnement d’Epines (Louvre).

Il séjourne à Rome pour réaliser deux portraits du Pape Paul III. Il y rencontre le grand Michel-Ange qui n’aura aucune influence sur son oeuvre.

Plus âgé, Titien change de palette. Ses couleurs s’assombrissent avec une gamme de nuances ambrées. Ses fonds obscurs sont traversés de tons argentés, cendrés. Les rouges prédominent. Il n’abandonne pas sa conception picturale classique bien que très sensible, sous l’influence de Tintoret, au courant maniériste qui s’est imposé.

titien_auto_portraitIl se consacre aux commandes de Charles Quint et de son fils et successeur Philippe II d’Espagne qui désire pour son palais-monastère de l’Escorial des « poésies mythologiques ». Le roi obtiendra du peintre qu’il nomme « amado » (bien-aimé) une Danae, une Europe qui sont au musée du Prado.

Le portrait d’Elisabeth du Portugal, épouse de Charles Quint , est d’un dessin les plus raffinés.

Les dernières oeuvres sont traitées dans un luminisme des plus expressifs. Le Martyre de Saint Laurent (Eglise des Jésuites) est d’un langage des plus libres.

La dernière oeuvre est La Descente de Croix (musée de l’Académie) qui était destinée à son tombeau à l’église des Frari mais qui n’a pas été érigé. Cette oeuvre a été terminée par Palma le Jeune.

Il meurt de la peste, à Venise, pendant l’épidémie de 1576. Pendant soixante ans, il fut le maître incontesté, le père de la peinture européenne.

Scroll To Top