Home / Rome / Rome – Une page d’histoire
Rome – Une page d’histoire
Pietro da Cortona, L'Enlèvement des Sabines. Rome 1630, Musei Capitolini

Rome – Une page d’histoire

Tout le monde croit connaître l’histoire de Rome, parce que l’on peut raconter que le dieu Mars eut deux enfants jumeaux de la vestale Rhéa Sylvia, nommés Remus et Romulus, jetés dans le Tibre par l’oncle Amulius, pour punir la mère de n’avoir pas respecté ses voeux de virginité.

Les deux enfants, échoués sur le sable, dans un panier, non loin du mont Palatin, allaités par une louve compatissante, furent sauvés par un berger nommé Faustulus. A l’âge adulte, ils fondent Rome. Mais Remus ayant malencontreusement dépassé l’enceinte de la ville, le sillon sacré tracé par son frère Romulus, celui-ci lui ôta la vie et se déclara premier roi de Rome, investi par la grâce des dieux.

sabinesUne communauté se développa et, toujours d’après la légende, les Latins, habitants du Latium, convoitèrent les Sabines de la contrée voisine pour assurer leur descendance. Ils cherchèrent querelle aux Sabins afin d’enlever leurs épouses et leurs filles.

Les outragés déclarèrent la guerre aux ravisseurs et réussirent à s’emparer de la forteresse romaine, grâce à la trahison de Tarpeia, fille du gardien. Tout ceci au pied d’un rocher qu’on nomma « la Roche Tarpeïenne » du haut de laquelle les condamnés seront plus tard précipités dans le vide.

Les Sabines, partagées dans leurs sentiments, calmèrent la lutte entre leurs époux et leurs frères Sabins. On finit par faire la paix et on gouvernera ensemble le Quirinal, colline qui tenait son nom du dieu Sabin Quirinus. Cette légende prit corps huit siècles après la vraie fondation de Rome, grâce aux récits de poètes et d’historiens comme Tite-Live et Virgile, désireux de célébrer l’essence divine de l’Empire. Le calendrier romain marque au 21 avril 753 avant Jésus-Christ la fondation de Rome.

 

Les Premières Populations
En réalité, la région comprenait déjà divers peuples, bergers et cultivateurs, installés depuis l’âge du fer, comme les Etrusques, les Samnites, les Latins, un ensemble de tribus qui avaient commencé le développement de la cité. Le lieu, une colline au pied de laquelle passait un cours d’eau, pouvait être aisément défendu. En agrandissant leurs terres, le regroupement des petites agglomérations, au 8e siècle avant J.C. avait fini par former une seule communauté, dont le Capitole allait devenir le centre religieux et politique de la Rome antique. Plusieurs rois succédèrent à Romulus, jusqu’à ce que le dernier, Tarquin, se fit confisquer le pouvoir au profit d’une République. Les Étrusques, jusqu’en 500 avant J.-C. environ, apportèrent à la ville une civilisation importante.

castorpolluxDe vastes travaux datent de cette époque : la cloaca maxima pour assécher les sols, la construction d’un temple, le mur Servien construit par le roi Servius. La République, aux mains des patriciens, dut lutter contre les Celtes, contre les plébéiens, sous la protection des dieux et particulière-ment des DioscuresCastor et Pollux, nés de Jupiter changé en cygne, pour séduire la princesse d’Etolie, Léda. Les Romains par leurs victoires assujettissent les Étrusques, les Latins.

Mais l’invasion des Gaulois en Italie centrale vers 390 avant J.-C. menace la République qui se maintiendra avec l’aide des Vénètes, ce peuple qui occupera la Vénétie, plus au nord. Les forces romaines gagnent peu à peu une partie de l’Italie méridionale. La Voie Appienne est tracée vers le sud, ainsi que la Voie Aurélienne vers le nord. Les grecs occupant l’Italie centrale se soumettent.

Naissance d’un Empire
La puissance romaine s’étend vers les territoires de la Phénicie. Trois guerres successives dites Puniques, 264-146 avant J.-C. ont raison de ce peuple phénicien qui perdra jusqu’à Carthage, rivale de Rome, vaincue et détruite en 146 avant J.-C. La côte africaine, des terres en Sicile, en Espagne, en Corse, en Sardaigne passent sous la domination romaine, ainsi que la Grèce, la Macédoine, l’Asie Mineure, faisant de Rome une des plus grandes puissances du monde, avant d’être, elle-même, déchirée et anéantie.

Au dernier siècle avant Jésus-Christ, les guerres civiles, les révoltes intérieures menaceront l’Empire jusqu’à l’assassinat de Jules César en 44 avant J.-C. alors que, pourtant, il avait relancé les conquêtes et annexé la Gaule. Auguste, son neveu, avait soumis l’Égypte en triomphant d’Antoine et Cléopâtre. La Palestine cède au siècle suivant. Les conquêtes atteignent les rives du Rhin et du Danube. Trajan y ajoute les terres britanniques (98-117 après J.C.).

 

Une Page d Histoire - Les Débuts de la Croissance - Les Invasions barbares

Scroll To Top