Home / Rome / La Colline du Quirinal
La Colline du Quirinal

La Colline du Quirinal

En se dirigeant encore plus vers l’est, en contrebas du parc de la villa Borghèse, et en franchissant la porte Pinciana du mur d’Aurélien, on s’approche de la célèbre via Veneto, la plus « chic » de Rome, aux cafés et restaurants réputés.

quirinale_barberiniAprès les palaces et les banques, on atteint la place Barberini où l’on découvrira une charmante fontaine, dite du Triton.

Ce fut à partir du 17e siècle qu’une gigantesque villa, la Ludovisi, mit ce quartier à la mode. Ses terres, vendues au 19e siècle, ont favorisé l’urbanisme moderne, dans une vaste spéculation immobilière, atteignant au 20e siècle le sommet de la vie mondaine, de renommée internationale, grâce en partie au cinéma, la Dolce Vita du cinéaste Federico Fellini entre autres.

Sur la colline du Quirinal, qui est la plus haute des sept Collines de Rome, le point culminant est à 61 mètres, procurant une vue imprenable jusqu’à la basilique Saint Pierre du Vatican.

Dans l’Antiquité, elle était déjà le lieu de résidence privilégié des riches romains. Les empereurs Dioclétien et Constantin y avaient fait bâtir leurs thermes.

Le quartier, en ruine depuis les invasions barbares du Ve siècle, resta dans l’oubli jusqu’au 16e siècle.

Il connut alors un nouvel essor et une période de fastes du fait de la construction d’un palais commandité à l’architecte Borromini par le pape Urbain VIII, pour sa famille.

D’autres familles patriciennes décidèrent, à leur tour, d’y édifier leurs palais, dont le plus important, le plus vaste, a été le Quirinal, résidence d’été du pape Grégoire XIII (1574) édifié par FontanaBernini et Fuga.

Ces artistes lui donnèrent sa magnifique façade sur la très belle piazza del Quirinale où fut dressé un obélisque, à la demande du pape Pie VI (1775-1799).

Précédemment cet obélisque servait d’aiguille au cadran solaire du Champ de Mars, au mausolée d’Auguste.

Après la fin de l’hégémonie des papes, en 1870, le palais devint résidence royale (1870-1947) puis siège de la présidence de la république.

Le palais par conséquent ne se visite pas. Mais les écuries accueillent de grandes expositions.

A la fin du 19e siècle a été réalisée la balustrade délimitant la place, en direction de la ville.

quirinale_venetoCette place du Quirinal s’étend, devant le palais d’une manière impressionnante, en offrant une vue splendide sur la ville.

Elle a été façonnée par Domenico Fontana dans le cadre d’un projet d’urbanisation voulu par Sixte Quint (1585-1590) qui y fit placer les deux statues des Dioscures, fils de Jupiter, dénommés Castor et Pollux, provenant des Thermes de Constantin.

La place fut modifiée, aplanie et agrandie au début du 18e siècle par Maderno.

L’obélisque y fut installé en 1783 entre les statues.

En 1813, on y a placé la grande vasque d’une fontaine trouvée au Forum Républicain, précisément dans le temple des jumeaux divins.

Deux palais sont proches du palais présidentiel : à l’est le palais Barberini, à l’ouest le palais Colonna. Le quartier recèle une grande partie des édifices qui rassemblent les antiquités découvertes à Rome et ses alentours.

Notamment, dans la partie sud des antiques Thermes de Dioclétien, le palais Massimo a été spécialement aménagé et restauré durant une trentaine d’années pour exposer la principale part du patrimoine artistique romain.

Il possède, après les musées du Vatican, la plus importante collection d’antiquités, en sculptures grecques, hellénistiques et romaines des époques précédant l’ère chrétienne.

 

La Colline du Quirinal  - Le Palais Barberini - La Fontaine de Trevi - Le Palais Colonna - Sainte Marie des Anges - San Carlo alle Quattro Fontane

Scroll To Top