Home / Rome / Le Capitole Moderne
Le Capitole Moderne

Le Capitole Moderne

Au cours de deux millénaires, les dirigeants de Rome, généraux, rois, empereurs, papes, princes et dictateurs ont apposé leur marque, servis par des artistes, des architectes, des sculpteurs, qui ont su donner à la ville un charme unique dû à ses mythes, ses richesses profanes, religieuses, artistiques, étroitement mêlés.

capitole_cordonataSes nombreuses métamorphoses l’ont rendue éternelle. Elle est la résultante de la réunion de petites cités établies sur ses sept collines, prenant de plus en plus d’ampleur, regroupées dès le 7e siècle av. J.-C. pour former une seule grande communauté dont le Capitole fut le centre, ce qu’il est encore.

L’histoire fait obligation au visiteur d’aborder la connaissance de la capitale italienne par ce quartier du Capitole où la Rome antique, encore largement présente, a défini les bases des nations modernes.

La petite colline qui le domine fut dans l’Antiquité une place orientée vers les forums, dotée de nombreux temples, d’un tabularium des archives, d’un asile, d’une prison.

C’est maintenant le lieu incontournable, d’une unité, d’un grand calme, où règne l’esprit de la Renaissance, dans une parfaite harmonie.

C’est le pape Paul III (1534-1549) qui sollicita Michel-Ange pour réaménager le centre névralgique de la ville, à l’occasion de la visite de l’Empereur Charles Quint, qui l’avait saccagée cruellement en 1527.

Le grand artiste y plaça un escalier monumental qui rendait le cadre prestigieux, aboutissant aux deux palais existant sur la place, dont il remania les façades, auxquels il ajouta en contrepoint un troisième édifice en 1556 qu’on appelle toujours le palais neuf (palazzo nuovo).

Il faisait face au Palais des conservateurs et réunissait ainsi, à l’arrière, le palais des Sénateurs datant du 12e siècle, doté d’un campanile (1578-1582), et au sud le palais dei Conservatori érigé au 14e sur le site du temple antique de Jupiter Capitolin, en contrebas duquel se trouve la roche tarpeïenne.

La place n’était plus, comme dans l’Antiquité, ouverte sur le Forum, mais dégagée et tournée vers l’ouest, vers le Vatican.

L’escalier, ou plus exactement la large rampe, la Cordonata, montre ses élégantes balustrades ornées de marbres antiques, montant jusqu’aux statues colossales des demi-dieux Castor et Pollux, fils de Jupiter.

La rampe est flanquée, en contrebas, de deux lions égyptiens de basalte noir. Les travaux, qui furent considérables, ont été achevés au 17e siècle.

capitole_marc_aureleLa statue équestre antique de l’Empereur Marc Aurèle
Sur la place, de forme trapézoïdale, décorée d’un merveilleux motif géométrique ovale, le centre du prestigieux espace supporte le socle et la statue équestre antique de l’Empereur Marc Aurèle, choisie par Michel-Ange pour y être placée, en 1538, après qu’elle se soit trouvée pendant cinq siècles devant la Basilique de Latran.

C’est une des seules statues équestres antiques parvenue jusqu’à nous, d’une hauteur de deux mètres soixante seize.

Cette fameuse statue de bronze, autrefois dorée, était pour les Romains le symbole de justice le plus important.

Elle fut préservée et échappa à la fonte, contrairement à bien d’autres bronzes, par suite d’une confusion qui la fit prendre, à tort, pour Constantin, le premier empereur chrétien vénéré.

On ne sait rien de son origine ni quelle a été son importance dans l’Antiquité.

Mais dans l’histoire de l’art, elle est considérée comme le prototype parfait des statues équestres, montrant le philosophe empereur Marc Aurèle (120-180) vainqueur des Germains, revêtu du manteau de général, la main droite levée en signe de paix, peut être à l’occasion de sa victoire, la statue d’un barbare soumis s’étant trouvée autrefois sous le sabot du cheval.

La statue a été retirée de la place en 1981 pour être restaurée.

L’original est maintenant protégé des détériorations climatiques et se trouve dans la cour du Palazzo nuovo.

capitole_musee_conservateursLe Palais des conservateurs
Sur la partie droite de la place, se trouvait au 14e siècle le siège des scholae (prononcer scola) c’est à dire des corporations.

Transformé, sur un projet de Michel Ange il fut remanié par Giacomo Della Porta (1564-1568) et abrita ensuite lesConservateurs qui étaient les officiers municipaux de l’urbanisme et de l’entretien des bâtiments.

 

 

capitole_palazzo__nuovoLe Palazzo Nuovo
Le Palais Neuf, Palazzo nuovo, est l’exacte répliquedu Palais des Conservateurs, voulue par Michel-Ange, dans un face à face des plus harmonieux. Il fut achevé par les frères Rainaldi (1603-1654).

Abritant d’abord une partie des antiquités jusqu’en 1734 et rassemblant de nombreux bustes romains, il fut ensuite fondé comme Musée du Capitole, ouvert au public devenant ainsi l’ancêtre de tous les musées du monde.

 

capitole_placeLe Palais des Sénateurs
Le Palais des Sénateurs est le siège de la Mairie de Rome. Il a été construit au 13e siècle sur les fondations du tabularium, ce qui ferme la place qui, dans l’Antiquité, était ouverte sur le Forum. La double rampe est de Michel-Ange. Les personnages de la fontaine incarnent le Tibre et le Nil.

C’est là que fut signé l’acte fondateur de la communauté européenne en 1955.

Scroll To Top