Home / Venise / Le Palais des Doges (2)
Le Palais des Doges (2)

Le Palais des Doges (2)

Les deux façades sud et ouest du Palais des Doges donnent aux visiteurs le sentiment qu’ils regardent un édifice miraculeusement unique.

L’ensemble des arcades des deux niveaux supporte la masse du corps du bâtiment qui semble reposer sur du vide.

Le portique ouvert du rez-de-chaussée, où l’on circule librement de plein pied, est surmonté d’une loggia typique des demeures vénitiennes de l’époque du gothique flamboyant.

Elle s’étale amplement en arcades ogivales ajourées et quadrilobées qui lui procurent une grâce des plus légères.

La plus ancienne des deux façades est celle qui donne au sud, sur le Bassin et la riva degli Schiavoni.

arcadesux1

La façade ouest en est la réplique exacte, voulue par le doge Franceco Foscari pour la réalisation d’une élégante unité.

Les colonnes blanches, les chapiteaux ornés de sculptures remarquables, les jeux de couleurs des murs de l’étage supérieur, de marbres rose et blanc, donnent au palais une originalité, incomparablement émouvante.

La façade ouest, donnant sur la Piazzetta, conduit à la porte d’entrée, la Porta della Carta, amenant à la cour intérieure. C’est le doge Foscari qui en fit faire la décoration du tympan, encore visible de nos jours (1438).

C’est une magnifique sculpture montrant le doge agenouillé devant le symbole de Venise, le lion ailé tenant sous sa patte la table des lois de la république.

L’art du gothique fleuri produit dans cette œuvre une véritable dentelle de pierre, de plusieurs couleurs.

La porte est entourée de statues des quatre vertus : la prudence, la charité, la force et la tempérance.

Le décor bleu et or qui renforçait les détails a disparu.


La cour Intérieure

Une fois passée la porte, on pénètre dans la cour où se trouve le seul escalier qui conduit encore aux étages.

Le superbe Escalier des Géants de trente marches est surplombé par deux statues colossales d’Antonio Rizzo représentant les dieux du commerce et de la mer, Mars et Neptune, symbolisant la puissance commerciale et maritime de la république.

giantp

Au Nord, les batiments de la cour s’appuient sur la Basilique.

Sur le palier supérieur de cette scala dei giganti, chaque doge nouvellement élu remerciait de sa nomination, les participants du Grand Conseil; c’est là qu‘avait lieu, par voie de conséquence, son couronnement.
Il coiffait alors le bonnet ducal appelé corno en raison de sa forme à protubérance arrière, et il prêtait serment.

L’aile orientale, à l’est de la cour, possède une façade magnifiquement sculptée, restaurée au cours de ces dernières années.

La luxuriante décoration de style renaissance, abritait les appartements privés. Elle donne à la cour un aspect des plus harmonieux.

Il faut citer aussi l’Escalier d’or (scala d’oro), oeuvre de  Sansovino, qui relie la grande loggia aux étages nobles, .

Le plafond est de stucs dorés raffinés, par Alessandro Vittoria.


Les salles et les salons

Au fil des siècles et des changements de goûts, les salles de travail, les salles de réunions, des principaux organismes de la République, les pièces de réception et d’apparat offrent des différences de structures et de décoration, des désaccords quelquefois nets ; il demeure pourtant un sens profond de l’unité de l’ensemble qu’on respecté les grands artistes.

Les plafonds magnifiquement sculptés, les moulures, les compartiments de peinture, les toiles des murs, remplaçant les fresques à jamais perdues au cours des incendies, tout tend à l’illustration des hauts faits de l’histoire vénitienne, des conquêtes glorieuses, des croisades victorieuses, ainsi que les thèmes religieux sur la protection de la Sérénissime.

La plus grande des salles est celle du Grand conseil, représentant la magistrature la plus haute de l’Etat,où siégeait la plus grande partie de la noblesse.

Les dimensions sont grandioses, 54 mètres sur 25 mètres, 12 mètres de hauteur, englobant deux étages, décorée par Tintoret, Veronèse, Da Ponte, Titien.

Sur le mur du trône : le couronnement de la Vierge; sur les autres murs : la lutte entre Frédéric Ier et Alexandre III, la quatrième croisade et la prise de Constantinople conduite par le doge Dandolo âgé de 92 ans.

La solennité et les proportions de toutes les salles démontrent partout la grandeur et la richesse de Venise.

 

Lire aussi : Le Palais des Doges (1)

Scroll To Top