Home / Venise / Les Palais du Grand Canal
Les Palais du Grand Canal

Les Palais du Grand Canal

La fabuleuse prospérité du négoce vénitien se remarque sur les prodigieuses façades des palais du Grand Canal, œuvres des corporations des maîtres-artisans de la ville, régies institutionnellement par des associations puissantes et influentes.

En entrant dans un palais par la porte d’eau, sur le canal, se trouvaient au rez-de-chaussée les entrepôts des marchandises en provenance ou à destination de l’Europe et l’Orient. Les navires les déposaient directement.
Partaient pour les lointains pays : le blé, les vins, le sucre, la laine, les draperies, l’huile, le sel, et les produits finis des colonies grecques et dalmates de Venise.

Etaient reçus dans l’autre sens, les épices, l’ivoire, l’ébène, la soie, les fourrures et même les esclaves achetés en Egypte.
Dans l’entrepôt, ces marchandises étaient stockées de telle manière qu’elles échappent aux marées.

Les livres de compte étaient rangés dans la mezza (mezzanino).

rialto

Au premier étage d’un palais étaient logés les serviteurs. Les patriciens et leur famille occupaient tout le second étage, c’est à dire l’étage noble appelé piano nobile.
L’espace comprenait la Sala qui s’étend sur toute la longueur du bâtiment et se termine sur la loggia qui a vue sur le canal. Elle servait aux réceptions, généralement somptueuses. De cette grande salle partaient les autres pièces, les chambres, les petits salons, la bibliothèque.

A la découverte des palais
Il y a plus de cent vingt palais sur le Canal Grande. En quelques jours de vacances, on ne peut apprendre à les distinguer et à les connaître tous. Un trajet en vaporetto de la gare à la place Saint-Marc vous permettra de les découvrir un à un.

Comme la plupart des touristes le font, la visite-promenade commence à la station ferroviaire Santa-Lucia, dont le nom vient de l’église qui se trouvait là, et qui a été démolie ainsi que tout un ensemble urbain en 1860.

La gare actuelle est le bâtiment le plus moderne que l’on puisse trouver au bord du canal. Elle fut construite en 1954. Tout à côté se dresse l’église des Scalzi, d’inspiration romaine (1656-1673), qui a donné son nom au pont d’une seule arche, en pierre d’istrie, qui réunit deux quartiers plaisants aux rives larges connaissant une intense fréquentation.

 

Sur la rive droite, c’est à dire à la droite du voyageur qui part de la gare :

turchilj8

Le palais des Turcs ( Fondaco dei Turchi) sur le Grand Canal, rive droite, est un édifice conçu comme maison-entrepôt d’un patricien négociant, sans doute la plus grande et la plus riche de l’époque.
S’il n’avait pas été restauré profondément et même pratiquement reconstruit au 19e siècle, il serait resté l’exemple le plus important de l’architecture civile veneto-byzantine.

Il fut construit par le riche marchand Pesaro Palmieri, et racheté par le gouvernement de la république en 1381 pour loger le marquis de Ferrare Nicola V, puis l’Empereur Jean Paleologue en 1438 et Alphonse d’Este en 1562.

En 1621, l’Etat vénitien le céda aux marchands turcs qui en firent le centre de leur importante activité commerciale.

En 1858, malheureusement une reconstruction arbitraire endommagea définitivement la beauté originelle de l’édifice. Seule la façade fut en partie préservée. Les imposantes arcades du rez-de-chaussée font penser au style roman tardif.

La magnifique loggia aux 18 arcs byzantins couvre toute la façade entre les deux tours (torresselle) ornées de patères et de blasons.

Le Fondaco dei Turchi est aujourd’hui le Musée d’histoire naturelle, de la flore et de la faune de la lagune.


La Ca’Pesaro
(1626 -1663) construite par le grand architecte Longhena, est le plus vaste. Ses murs de côtés, qui sont immenses, sont également recouverts de pierre et de marbre. Il est de l’époque maniériste. C’est le siège du Musée d’Art Moderne.


Le palais Corner Della Regina
était la demeure de Catarina Cornaro vénitienne qui avait épousé le comte Jacques de Lusignan, roi de Chypre.

Le palais des Camerlingues (1525) a toujours été le siège de différentes magistratures. Il fut aussi prison d‘Etat. Il a cinq façades de marbre blanc car il épouse le contour du rivage au pont du Rialto. Il a été restauré en 1977.

Au deuxième méandre du Canal se trouve le prestigieux ensemble des palais Giustiniani et Foscari (milieu du 15e siécle). Ce dernier est le siège de l’Université.

Dans la dernière partie du canal, se trouve le palais Venier, acquis au 20e siècle par l’Américaine Peggy Guggenheim, mécène passionnée de l’Art surréaliste, pour y abriter son extraordinaire collection personnelle. Le palais qui est resté inachevé du fait de son immense superficie et le jardin qu’il abrite s’accordent tout à fait avec l’Art contemporain.

Le palais Dario de style gothique (1487) est revêtu de marbres rouge et vert enchassés en éléments circulaires. Notre poète et écrivain symboliste Henri de Régnier y séjourna.

Sur la la rive gauche du Grand Canal, c’est à dire à main gauche du voyageur qui part de la gare :

Le palais Vendramin-Calergi (1500) où vécut Richard Wagner pendant les derniers mois de sa vie (1883). Il est maintenant le siège du Casino de Venise.


La Ca D’Oro
(début du 15e siècle) qui peut être cité comme le plus beau des palais.
Sa superbe façade ornée d’éléments dorés et de marbres polychromes, son portique byzantin, ses loggias délicates, sont l’expression du gothique flamboyant le plus abouti où le marbre est finement travaillé en délicieux entrelacs. C’est maintenant un musée d’art.

Le palais Grassi est une somptueuse demeure de 1748 assez éloignée du style vénitien. Y sont organisées de grandes expositions artistiques.

Le palais Franchetti (15e) en partie reconstruit sur le précédent palais Caballi, a été agrandi et doté d’un jardin remarquablement placé au pont de l’Académie en 1896. Il respecte le style gothique préexistant dans une intention scénographique.

Scroll To Top