Home / Rome / Le Vatican dans l’Histoire
Le Vatican dans l’Histoire

Le Vatican dans l’Histoire

La rive droite du fleuve Tibre est, au nord, moins peuplée, moins verte, que celle des quartiers de la rive gauche. La ville y détient un joyau, le Vatican. Le nom latin Vaticanus est dérivé d’un nom étrusque, Vaticum, terre composée dans l’antiquité de jardins et de champs cultivés. Géographiquement et historiquement, il est inséré dans le profond passé de la ville éternelle.

Il était doté d’un cirque, sous Néron, où les suppliciés étaient en grand nombre. Selon la tradition, Saint-Pierre périt en ces lieux et fut vénéré dès la fin du IIe siècle. L’endroit désigné de sa crucifixion et la présence de son tombeau eurent une déterminante importance pour les évêques de la nouvelle religion.

Sous Constantin, premier empereur chrétien, une basilique fut élevée (323-349), très vite entourée de plusieurs bâtiments religieux et civils, d’un cirque sous Caligula, et de tout un quartier, le Borgo. L’ensemble ceint de murs, sur commande du pape Léon IV, prit le nom de Cité léonine (848-852) s’appuyant sur l’antique mausolée d’Hadrien qu’on appelle château Saint-Ange. Le pape Alexandre IV fit pratiquer le passage souterrain qui permettait aux pontifes d’y chercher refuge.

Il est possible qu’à l’époque un palais ait déjà été édifié, où Charlemagne a peut-être séjourné, à l’occasion de son sacre, en l’an 800.

Le Vatican devint la résidence définitive des papes, au retour d’Avignon en 1377. Jusque-là, ils avaient habité le palais du Latran.

vatican_museesSous Nicolas V (1447-1455), les services pontificaux y ont été également transférés. Le pontife fit entreprendre la reconstruction du palais apostolique, grand ensemble complexe qui demanda au total 174 ans de grandioses travaux successifs.

L’oeuvre commencée par Leo-Battista Alberti, fut remaniée par BramanteMichel-AngeRaphaël, Maderno, Vignole, Le Bernin.

Notamment sous les papes Nicolas V (1447-1455),Léon X (1513-1521) et Paul III (1534-1549), le Vatican fut entièrement agrandi et transformé. Les bâtiments devinrent alors la résidence monumentale que nous connaissons aujourd’hui, avec toutes ses fonctions temporelles, celles du gouvernement des Etats pontificaux.

L’ensemble compte mille quatre cents pièces. Les adjonctions les plus célèbres concernent le Belvédère, les chapelles de Nicolas V, les chapelles Sixtine et Pauline, les appartements Borgia, les chambres et les loges (stanze et loggie) de Raphaël, la salle royale et l’escalier royal, la bibliothèque de 500 000 volumes et 60 000 manuscrits dont ceux du Moyen Age et de la Renaissance, la pinacothèque et les musées.

La bibliothèque apostolique fondée par Nicolas V a une place des plus essentielles dans le monde. Il faut regretter que certains pontifes aient procédé à la vente d’une grande partie des collections d’origine et de nombreux documents précieux.

Les archives du Vatican, conservées dans les caves au sein d’un abri antiatomique, sur 54 km de rayon, sont maintenant accessibles. On peut de ce fait acquérir une meilleure connaissance du passé historique du Vatican.

L’Etat du Vatican
En 1929, en ce qui concernait la question romaine, non réglée depuis 1870, un traité fut signé au palais du Latran, entre le Saint Siège et l’Italie aux mains du dictateur Mussolini.

Le pape renonçait à tous droits sur la ville de Rome. L’Italie reconnaissait les privilèges de l’Eglise catholique. Le traité fut ratifié par le parlement après la chute du fascisme.


L’Etat souverain du Vatican détient les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires. Pour assurer une base temporelle il a des biens immobiliers extraterritoriaux et possède dans la capitale italienne et à l’extérieur, une douzaine d’édifices comme Saint-Jean-de-Latran, Sainte-Marie-MajeureSaint-Paul-Hors-Les-Murs, Castel Gandolfo, résidence d’été du Pape…

Le réseau de ses relations diplomatiques et des nonciatures est très étendu.

L’administration comporte plus de trois mille agents non compris le clergé, qui gèrent la situation de 300.000 paroisses dans le monde.

Une activité essentielle concerne les médias. La station Radio-Vatican est écoutée dans le monde entier. La télévision joue un rôle primordial. Le journal, l’Observatore Romano est un quotidien en langue italienne, diffusé en plusieurs langues sous forme hebdomadaire.

L’Etat du Vatican possède son drapeau, sa Garde suisse, sa gendarmerie, sa monnaie, son administration des postes. Il a sa station de métro : « Cipro-Musée du Vatican« .

La citoyenneté vaticane est accordée aux personnes travaillant dans l’Etat, aux cardinaux résidents et à toute personne autorisée par décision du pape.

Derrière les remparts léonins, la superficie est de 44 hectares, en 1025 mètres sur 850 mètres; c’est donc le plus petit Etat souverain du monde. Il n’appartient ni à la ville de Rome, ni à l’Etat italien.

Capitale de la Chrétienté
Le Vatican est la capitale de la chrétienté. Les papes, successeurs apostoliques de Saint-Pierre ont implanté si fortement le catholicisme que depuis le Moyen Age, il est le centre d’un empire universel.

Les papes se sont appliqués à ne rien céder de leur pouvoirs pour faire du Vatican une sorte de Palatin d’où ils règnent sur toutes les nations de culture catholique et romaine.

Selon le voeu du pape Jean XXIII, puis de Paul VI, le 21e concile Vatican II a entrepris la mise à jour de l’Eglise face au monde moderne et à la préparation de l’unité des Chrétiens. La création d’un groupe de travail mixte avec le conseil eocuménique des Eglises (1965) vise à la levée des anathèmes réciproques entre les Eglises catholique et orthodoxe.

Scroll To Top